Une réflexion au sujet de « lynn miller / cet été »