Une réflexion au sujet de « the kooples »